Retour en France : et maintenant, je fais quoi ?

Depuis la semaine dernière, une semaine s’est écoulé (je sais ouais… ça n’a aucun sens). J’ai pu retrouver mes proches, manger du fromage, diner avec mes amis, prendre l’apéro au centre ville avec mon meilleur ami, … et surtout : j’ai pu me reposer un peu, enfin ! Mais pas assez. J’ai encore plein de trucs chiants à faire, sécu, assurance, banque, mais totalement impossible à éviter… 1 semaine s’est donc écoulée et comme je me doutais : je ne regrette pas ma décision, loin de là !

Maintenant, la question c’est : et ensuite ?! Honnêtement, je ne sais encore pas ce dont j’ai envie. Enfin si, je sais que travailler sur le web ne me plait plus vraiment, peut-être que je ne vais pas arrêter demain, mais dans quelques mois c’est certain : ce sera terminé. Pour ce qui est de mes blogs, je les continue car je les aime d’amour (et vous avec) et je continuerais d’entretenir mes compétences web / SEO ainsi. Mais je ne me sens pas utile dans ce milieu, dans la vie de tous les jours, pas du tout ! Enfin, j’étais utile pour aider les internautes à choisir une sorbetière, une perceuse ou encore une TV 4K, mais clairement c’est loin d’être ma définition de la notion d’« être utile ». Je ne me sens pas utile, et ça me rend triste. Et quand je suis triste, je ne suis plus motivée, je deviens mauvaise dans ce que je fais. Et donc j’aime encore moins ce que je fais, et je me sens encore moins utile, etc. Vous avez compris le truc ? Le petit cercle vicieux !

Je pense ne pas être la seule à avoir besoin d’apporter quelque chose aux gens. Dites-moi si je me trompe ? Certaines personnes s’en moquent, leur vie se passe très bien sans qu’elles aient besoin d’être vraiment utiles pour des inconnus (en plus !), et pour ces personnes alors tant mieux. Pour moi, ça ne me réussi pas. Alors cette semaine, j’ai contacté l’ESPE de Reims (l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation) pour aller à la pêche aux infos. En fait, j’en ai eu beaucoup sur internet lorsque j’étais encore en Thaïlande ainsi que par ma tante, mais j’avais besoin de poser des questions concrètes me concernant, et de connaitre les démarches d’inscription au master MEEF et au concours avec dans l’idée de devenir professeur des écoles. Malheureusement, ils sont en pleine réforme et n’ont pas d’info concernant les inscriptions pour la rentrée prochaine (évidemment !). Si je voulais un métier utile pour les autres, je crois que je suis sur la bonne voie ! Je me souviens de ces quelques professeurs qui m’ont aidé à être celle que je suis aujourd’hui, ils sont inspirants. Je me souviens aussi « des autres », mais ils ne m’inspirent pas la même chose.

Si on m’avait dit un jour que je voudrais passer un Master (après 2 ans et demi de vie active en plus), qui plus est, dans cette branche,… croyez-moi bien que j’aurais rigolé ! C’est un peu effrayant d’ailleurs pour moi de reprendre mes études, je n’ai jamais été très intéressée par tout ça. Je veux dire que certains (rares) cours m’ont plu, voire même passionné (grâce au professeur principalement), mais en général, je n’étais pas la meilleure des élèves. Même si je ne pense pas un jour avoir manqué de respect à mes professeurs (quoi que ne pas faire ses devoirs ou sécher les cours, c’est déjà un manque de respect…). Enfin, toujours est-il que ce n’est pas si effrayant que tout quitter pour partir vivre en Thaïlande. Et honnêtement ce master, je m’en sens capable, j’espère juste que ce n’est pas une motivation passagère et que tout ira bien. Reconversion totale, peut-être que dans 10 ans je changerais encore, qui sait ?

En tout cas, si vous faites partie des nombreuses personnes qui ont tenté / réussi une reconversion, je suis preneuse de vos conseils et témoignages ! Vous pouvez me laisser un petit mot même si c’est pas le cas hein ♥︎.

1

3 commentaires

  1. Une reconversion c’est toujours une renaissance ! On ne garde que le meilleur de soi et l’on peut aussi tout donner sans que cela nous coûte ….
    Renaître pour vivre sa vie pleinement, être en accord avec soi …. quelque chose de rare et de précieux .

  2. Ahhhhhh je prends enfin de le temps de comprendre pourquoi tu es rentrée en France !!!
    Moi mon métier je le kiffe d’amour parce que je me sens utile. Mais tout l’entourage fonctionnaire de mes collègues me pèse. Ce qui m’amène à penser que je ne ferai pas ce métier 40 ans.
    J’aimerai peut être un jour me lancer et me reconvertir dans le bio, l’écolo et le développement durable. Ouvrir une boutique, proposer un service ou autre… et pourquoi pas aller ouvrir une ferme dans le Larzac. En attendant… je réfléchis, je rumine et je me questionne.

    1. Je pense qu’on est à une époque où on ne fait pas un métier toute sa vie. Enfin pour ceux qui ont le courage de se bouger et l’opportunité de le faire. C’est ce que je me dis, peut-être que si je suis professeur, dans 10 ans je n’aimerais plus et je changerais encore. Je n’écarte rien et je n’ai pas trop peur d’ailleurs de ça :).
      C’est un chouette projet que tu as, avec ta petite famille 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *