Notice: Undefined index: a777d in /public_html/LePanda/index.php on line 3
Joyeuse fête des mères (ou non) - Le Panda

(Not) Happy mothers’ day

Depuis plus d’un mois les newsletters pour trouver LE cadeau parfait de fête des mères pleuvent, du genre inondation de ma boite email (on en fait pas autant pour les papas hein…). Histoire de ne pas oublier, le jour-J, d’offrir un cadeau à une femme que l’on aime et qui nous aime (enfin c’est en théorie ça les gars). Cette année je me suis inscrite sur plein de groupes Facebook de « PE maternelle » et compagnie, alors, toujours depuis plus d’un mois, je vois les cadeaux préparé par les petits pour leur maman. Ça n’arrête pas !

Et, toujours cette année, je me suis rendue compte qu’être remerciée d’être une maman (car c’est un peu le but de cette fête), ça se mérite.

Pour le Larousse, une mère est une « femme qui a mis au monde un ou plusieurs enfants » puis, au sens légal du terme, une « femme ayant autorité reconnue pour élever un / des enfants au sein de la cellule familiale, qu’elle les ait ou non engendrés ». À aucun moment on ne parle de bienveillance (le mot tendance du moment), d’amour, d’accompagnement dans la vie adulte, d’épanouissement, …

Personnellement, comme énormément de monde (bien trop d’ailleurs, y a un truc qui s’appelle l’IVG sinon hein mesdames, dans certains ça ne serait pas du luxe), j’ai eu la première « maman », celle qui met au monde un enfant. Je trouve que le terme « mère » n’a pas lieu d’être et je parle plutôt de génitrice. Une femme du genre qui abandonne 50% de ses gosses (pas du genre qui n’a pas le choix hein). Alors comme tout le monde, j’ai une génitrice, qui pour moi n’est jamais devenue une mère, encore une fois comme beaucoup trop de monde. Puis j’ai une autre maman, celle qui m’a élevé. Elle m’a nourri, logé, habillé, donné la chance de me rendre à l’école. Je crois que ça, ce n’est pas la chance de beaucoup d’enfants, encore en 2018… Alors au moins, pour ça, merci. Et elle m’a appris énormément de choses, comme ne pas pleurer, ne pas dire ce que je pense, me sentir nulle et inférieur aux autres, ne pas avoir confiance en moi, me sentir abandonnée, ne pas me sentir aimée, à ne jamais être fière de moi-même et bien d’autres magnifiques choses du genre… je ne m’en souviens pas, mais elle m’a probablement aidé à apprendre à lire hein, j’veux dire, il n’y a surement pas que du négatif ! Mais aujourd’hui, grâce à tout ça, je suis une femme brisée de l’intérieur, et même quand on s’en approche, de l’extérieur.

Et quand je pense à ces femmes qui n’ont pas la chance de pouvoir être mamans comme elles en rêve, ou celles qui mettent des années à enfin y arriver, … je me dis que c’est injuste.

Pour moi, une maman doit faire sentir à ses enfants qu’elle les aime, qu’elle sera toujours là pour eux. De leur apprendre à avoir confiance en eux tout en tenant compte de leurs capacités et compétences personnelles (vous savez, ne pas dire à un enfant « tu rêve de devenir une licorne ? tout est possible pour toi tu es le meilleur », ça c’est trop…). Elle doit les accompagner, les aider à être de bons citoyens bien dans leur peau. Elle doit les aider à devenir adulte, mais pas trop vite. Puis simplement, elle doit être bienveillante et aimante. Et pour tout ça, il n’y a pas besoin de gagner 3k par mois, de vivre dans une grande maison et d’avoir une énorme voiture.

Être une vraie maman, ça ne coûte rien. Mais pourtant ça vaut tellement !

Il y a des enfants bien plus mal loti que je l’ai été, certain qui vivent ou on vécu un enfer bien plus grand que le mien. Et c’est pour tous ces enfants dont l’avenir risque d’être difficile, qui à 26 ans se demanderont peut-être encore « je dois vraiment vivre ? je ne vaux rien », pour ces enfants qui ne sont pas aimé comme ils le devraient et qui se transforment en personne que l’on n’aura jamais envie d’aimer, … c’est pour ces enfants (mais pas seulement hein, les autres aussi) que je veux devenir une professeure présente, bienveillante (je vous dis, c’est LE mot du moment), sur qui ils pourront toujours compter.

Et c’est pour les autres, pour ces enfants épanouis, pour ces enfants aimé toute l’année, pour ces petits qui ont des mamans formidables.

Pour ces enfants, je souhaite une merveilleuse journée et une belle fête des mères à toutes les « vraies mamans » du monde.

Une bonne fête à ma Dorine et ma Ana, à ma Vanessa, à Steph, à Chloé, à Anne-Laure, … À toutes les autres ♥︎

3

1 comment

  1. Hello
    Je suis entièrement d’accord avec toi. J’ai eu moi aussi une mère (que de nom) que j ai sorti de la vie pour mon bien être et j avoue que je ne le regrette pas ……. parfois il faut savoir couper des ponts pour s épanouir c est primordial.
    Bon courage à toi
    Estelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *