Femme de pirate

C’est paisible de regarder la mer et de se dire qu’elle est sans doute plus forte que n’importe quel être sur terre. Que demain elle peut décider de tout pour vous. J’ai toujours été fascinée par la mer, par l’océan, toute cette vaste étendue d’eau qui recouvre la terre et qui pourtant me fait peur. Admirer les paysages côtiers, regarder les bateaux au loin, sentir l’eau fraiche sur mes pieds, observer les fonds marins… D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé la mer. Je ne sais pas pourquoi, c’est comme ça. Pourtant, je fais partie des gens qui habitent on ne peut plus dans les terres… C’est peut-être aussi pour ça vous me direz !

5 sur 10 de mes tatouages sont liés à la mer, un sixième est aussi lié à l’eau. C’est pour vous dire comme pour moi elle tient une place importante. D’ailleurs, elle nous entoure tout le temps, elle offre un paysage magnifique lorsqu’on l’explore et puis depuis toujours elle permet aussi aux hommes de vivre et de se nourrir. La pêche, le commerce, l’importation, la sécurité, etc. Je ne partirais pas sur le débat du végétalisme, mais comme j’admire le travail de ces hommes sur les terres avec leur bêtes, j’admire aussi ces pêcheurs qui partent en mer pour pouvoir nourrir leur famille de leur travail, directement ou indirectement.

bouée

En tout cas, autant je l’aime, autant elle me fait peur, c’est un sentiment bizarre et pourtant justifié. Je me revois en mer avec mes amis, en Thaïlande, sur ce bateau que nous avions pris pour une journée. Un arrêt en plein milieu de l’eau turquoise, loin de la côte et des terres, une mer sans fond. Je me souviens avoir eu peur de me noyer, c’est toujours le cas lorsque je n’ai pas pied. Et pourtant je sais nager, c’était mon activité favorite pendant des années lorsque j’étais petite, la natation. Mais voilà, je me suis retrouvée accrochée à l’une des cordes du bateau pour essayer de ne pas couler, avec tous les petits poissons autour de moi. Pas de honte, les thaïs portent des gilets de sauvetage, j’en ai donc enfilé un et je me suis sentie un peu plus en sécurité malgré tout.

Ce jour-là nous nous sommes aussi arrêté sur une petite île dont je ne connais pas le nom, équipée d’un masque et d’un tuba, je suis partie explorer les paysages marins, presque en surface avec mes lunettes de vues à la main. Je ne vois rien sans mes lunettes et je ne pouvais pas les garder sous le masque, ce qui est vraiment dommage pour profiter pleinement du spectacle, je pense qu’à 10 cm de mes yeux : c’est terminé. Par contre, j’ai vu les super masques vendus chez Décathlon, un peu cher quand on ne l’utilise pas souvent mais je me demande si je pourrais y garder mes lunettes, du coup j’hésite. Car autant la mer en surface est belle, autant sous l’eau elle offre une vue à couper le souffle.

1

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *