24 ans : elle est comment ta vie ?

Hier j’ai soufflé mes 24 bougies (que je déteste cette expression, ahah), et je voulais vous publier un article « bilan » mais honnêtement, j’avais un bien meilleur programme que bloguer, vous vous doutez. J’ai reçu plein de supers cadeaux de mes copains, je me suis offert une commande sur Wear Lemonade (livraison en Thaïlande, merci) et un nouveau tatouage (d’ailleurs, le tatoueur m’a offert un second petit tatouage, ça m’a beaucoup touché). Et j’ai passé un très bon week-end, c’était top. Mais bon, je veux quand même faire cet article, je voulais vraiment me pencher sur ce bilan, ce que j’imaginais à 24 ans face à ce que j’ai et qui je suis aujourd’hui.

Très honnêtement, je n’imaginais rien de bien bon. Lycéenne plus passionnée par le shopping, les copains et la bière que par les cours, c’est simple, je voulais m’arrêter au bac. J’ai détesté chaque jour passé dans une salle de classe, enfin, du moins au lycée, même si après ma passion pour les cours n’a pas bien grandi. Mais j’ai eu la chance sur mon chemin de croiser des professeurs qui croyaient en moi, pas simple j’imagine quand une gamine ne fait pas ses devoirs, sèche 3/4 des cours, ne dépasse jamais les 8 lors des contrôles et est clairement agitée en cours, … Mais voilà, certains l’ont fait, certains ont cru en moi, et c’est pour ça qu’au delà du bac j’ai poursuivi. Je ne vais pas vous retracer mon parcours scolaire, rien de bien passionnant.

Jamais je n’aurais cru être là aujourd’hui. Je suis une personne qui ne croit pas en elle, c’est simple : je pense que je rate ou vais rater tout ce que j’entreprends. Que ce soit dans ma vie personnelle comme professionnelle. D’ailleurs, au moment où je vous écris je me dis que cet article est naze et que personne ne va l’aimer. M’enfin bon… je sais aussi que je ne suis pas objective envers moi-même donc je continue… Je me pose tranquillement, à ce moment précis, pour faire le point : est-ce que j’ai vraiment échoué dans quelque chose aujourd’hui ? J’ai eu mon bac, mon BTS, ma licence, bon ok, j’ai loupé mon permis une première fois, mais ce serait trop facile de tout réussir du premier cours. J’ai trouvé un CDD transformé en CDI à peine 1 mois après la fin de ma licence. J’ai tout lâché pour un travail en Thaïlande, et encore une fois ce fut tout sauf un échec ! Alors bon, oui, des échecs il y en a eu, genre mes relations amoureuses, mais franchement si j’avais trouvé l’homme de ma vie à 15 ans je me ferais peut-être un peu chier aujourd’hui. Chaque échecs m’a juste donné la possibilité d’avancer et de grandir, je grandis encore aujourd’hui et je grandirai jusqu’à la fin, comme chacun. On a beau croire que l’on sait tout sur tout, maintenant ou à 70 ans, c’est tellement faux. Il reste tellement à voir et à apprendre.

Alors, si on m’avait dit qu’à 24 ans je serais en Thaïlande, dans une agence web, entourée de personne qui peuvent m’apprendre beaucoup, entourée de stagiaires qui viennent apprendre beaucoup. Si on m’avait dit qu’on m’écrirait pour obtenir de l’aide sur WordPress ou pour que je fasse des refontes de sites. Si on m’avait dit que je serais autonome dans mon travail et gérerais ma propre équipe de freelance. Si on m’avait dit… honnêtement, j’aurais rigolé. Peut-être même à en pleurer. Moi, avoir une belle vie à 24 ans dans un pays de ouf ? Mais jamais ! Jamais je n’aurais pensé quitter la France (comme je vous disais dans mon article sur l’expatriation). Mais jamais !! Et pourtant voilà.

Le bilan ? J’ai 24 ans, un travail passionnant et enrichissant, un groupe de potes qui parfois me sort par les oreilles mais que j’adore, j’habite en Thaïlande, j’ai une famille qui me soutient dans tout ce que je fais, … En fait : j’ai tout ce que je veux, mille fois mieux que ce que j’aurais voulu. Il me manque peut-être juste quelqu’un pour partager ça au quotidien, mais comme me disent mes amis : « ça viendra, laisse faire le temps ».

0

12 commentaires

  1. Moi j’aime bien cet article ! 🙂
    J’ai 22 ans, j’ai un bachelier en commerce extérieur, mais mes grands amours, ce sont les divertissements. Le fait que je me sois légèrement vouvoyée d’études me pèse assez bien… Je t’avoue que ça fait du bien de voir quelqu’un qui croyait pas trop en elle (je ne dis pas ça méchamment, juste que c’est mon cas à moi-aussi) s’en sortir. Et être heureuse de ce qu’elle fait.
    J’espère pouvoir avoir le même constat dans quelques années 🙂

    Bises !

    1. Hey ! Évidemment qu’on peut réussir même si on ne croit pas en soit, dans ce cas il faut seulement savoir se dire « je tente, tant pis si ça foire » et comme ça foire pas, parce que cette idée c’est dans la tête, bah c’est parfait ! 😀
      Je n’ai toujours pas confiance en moi, je ne crois pas en ce que je fais, mais j’essaye toujours de me dire ça, de me convaincre que de toute façon, si je n’essaye pas évidemment je ne vais pas réussir. Et c’est cool car ça fonctionne. Donc rdv dans 2 ans, je suis certaine que tu auras fait un beau chemin !
      Des bisous

  2. Hello !
    Bravo pour ce beau chemin parcouru !
    Il faut toujours croire en soi, même dans les moments difficiles. Bien sûr c’est plus facile à dire qu’à faire mais il faut avoir confiance.
    J’espère aussi pouvoir faire un beau bilan l’année prochaine ou dans deux ans, à l’occasion de mes 25 ans.
    Bises et bonne continuation !

    1. C’est toujours ce que j’essaye de me dire, mais comme on dit « le naturel revient au galop » du coup effectivement, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais il faut au moins essayer 😀
      Merci pour ton gentil message, je suis certaine que ton bilan sera super positif !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *